Varanasi : une expérience surnaturelle !

P1050603

Nous quittons Agra après un moment de détente bien agréable pour notre dernière étape en Inde du Nord : Varanasi !
Comme plus de 600km séparent ces deux villes, nous décidons de prendre un train de nuit afin de nous y rendre.

Nous n’avons jamais eu de difficultés à trouver des places dans les trains jusqu’à présent (n’étant pas trop regardant sur la classe dans laquelle nous voyageons), malgré tout ce que nous avions entendu ici et là sur les trains en Inde.

Il est en effet presque jamais nécessaire de s’y prendre en avance quant à la réservation de vos tickets.

Nous nous sommes toujours rendu à la gare entre 1h et 30min avant l’heure du départ afin d’y acheter en dernière minute nos tickets, et tout s’est toujours parfaitement déroulé.
Pour le trajet Agra-Varanasi, nous avions décidé d’anticiper pour une fois, et d’aller à la gare la veille afin de réserver nos places. Et pour la première fois de notre séjour, le train que nous souhaitions prendre était plein, et impossible de trouver une solution afin d’y monter.
La seule solution était de prendre un train jusqu’à Tundla (à environ 1h30 d’Agra), puis une fois à Tundla, de changer pour cette fois ci prendre un train de nuit direction Mughal Sarai qui est à environ 45min de Varanasi en tuk-tuk.

Plus compliqué certes mais au moins, on pouvait partir le jour que l’on souhaitait !

Varanasi (ou Bénarès comme l’appelait les anglais) est considéré comme l’une des villes les plus anciennement habitées au monde et est également un haut lieu religieux.
En effet, elle est l’équivalent hindou de la Mecque ou du Vatican. Ce lieu sacré attire chaque année entre 3 et 4 millions de pèlerins venus de toute l’Inde.

P1050537Certains y viennent pour se livrer aux ablutions, rituel dans le Gange (la Mère) censé laver de tous les péchés accumulés dans leurs vies passées, d’autres pour y mourir.
Dans la croyance hindoue, mourir à Varanasi permet de mettre fin au cycle des réincarnations et ainsi, atteindre l’équivalent hindou du Nirvana.
Après y être mort, il faut être incinéré sur le bord du Gange.

Il y a donc des crémations 24H/24 pour un nombre qui oscille entre 300 et 400 bûchés quotidiens.

P1050572 P1050573 P1050717

Il existe tout un rituel auquel se livre les familles des défunts, et on peut y assister sans aucun problème (à condition de ne pas prendre de photos), et cela, sans être taxé de voyeur. En effet, cela peut paraître un peu étrange dans notre vision occidentale d’aller assister à une incinération, mais pour les hindous, c’est normal qu’un étranger s’intéresse et veuille apprendre leur culture.

Nous rencontrerons d’ailleurs beaucoup de locaux qui d’eux même venaient vers nous afin de nous expliquer les procédures du rituel et ce qui l’entour. Une belle ouverture d’esprit.
Malgré la rudesse du rituel (en particulier pour le fils ainé, l’oncle ou le frère du défunt qui a un rôle important et très dure), cela n’en reste pas moins une célébration qui est accompagnée de chants et de danse.

Durant les 3 jours que nous avons passé à Varanasi, nous nous cantonnerons à déambuler sur les Ghats, aux abords du Gange et où sont réalisées les crémations.

P1050590 P1050592 P1050594 P1050600 P1050591 P1050597

Nous discuterons beaucoup avec les locaux afin de comprendre tout ce rituel et ce qu’il représente pour eux.
Outre les incinérations, les ablutions se déroulent toute la journée. Beaucoup boivent l’eau du Gange afin d’être protégé par la Mère.

A savoir qu’après la crémation, ce qui reste du corps (si la famille n’a pas assez d’argent pour acheter suffisamment de bois, qui est le combustible) est plongé dans le Gange (en plus de tous les autres polluants présents dans le Gange).

Nous nous sommes, pour notre part, risqué uniquement à y tremper les pieds, en se disant que c’était toujours ça de péchés de lavés !

P1050718

Nous aurons également effectué un tour de barge sur le Gange afin de pouvoir prendre du recul sur tout cela, et d’y allumer une bougie en faisant un vœux avant de la laisser partir au gré du courant de la Mère.

P1050553 P1050543 P1050571

Varanasi offre également l’occasion d’assister à une cérémonie quotidienne en hommage au Gange. En effet, chaque soir à la tombée de la nuit, la cérémonie de l’Aarti Puja rend hommage à la déesse Ganga, mère de tous les hindous.
C’est un moment de communion pour les hindous qui voient une représentation du paradis dans cette cérémonie.

P1050607 P1050631 P1050685 P1050650 P1050688 P1050659

Dans l’attente de cette dernière, nous aurons également le droit à être invité par un brahmane à nous asseoir à ses côtés afin de partager nourriture et eau autour d’un bon feu de bouse de vache (ce qui ne manqua pas de nous rappeler la Mongolie).

On a ainsi eu la chance d’assister à quelques un de ses rites en plus d’en apprendre d’avantage sur eux et leur vision du monde.

P1050614 P1050617 P1050627P1050630 P1050623

Il reste très compliqué de décrire l’expérience que nous avons eu à Varanasi tellement cette ville et les codes qui l’accompagnent sont mystiques…

Varanasi ne peut se raconter, elle se vit et ce, de façon intense.

Cette ville représente à elle seule le paradoxe et la beauté de l’Inde.
Voila maintenant le temps de prendre un peu de repos (bah oui, toute ces aventures, ça fatigue ! ).

 

———————————————————————————————————————————-

Nous avions initialement prévu de rester en Uttar Pradesh ou d’aller du côté de Pondichery, mais afin de se ressourcer, nous décidons de nous rendre à Goa afin de profiter de ses plages de sable blanc.

Goa nous semble être une oasis de quiétude après le nord de l’Inde !

Le bruit, omniprésent et incessant, semble quasiment disparaitre ici.

Les immondices jonchant les rues ont laissé place à des panneaux « Keep Goa Clean ».

La sècheresse semble bien loin tellement le vert est ici prédominant. Une véritable zone de villégiature !

P1050723 P1050724 P1050748

Nous y passerons une semaine, avec pour seul programme, ballade à scooter, plage, surf, et dégustation de poulet Tandoori qui nous a permis de nous venger de l’esprit végétarien (même si, il faut l’avouer, est une bonne chose) du nord !

DCIM101GOPRO DCIM101GOPRO DCIM101GOPRO
C’est également ici que nous réaliserons une action qui figurait sur notre Bucket List : célébrer la fête des couleurs en Inde !

Aussi appelée la Holi, cette fête religieuse hindoue célèbre l’arrivée du printemps et donc la fin de l’hiver. C’est une fête très populaire et spectaculaire, à tel point que plusieurs autres pays du monde reprenne ce principe (comme la France avec la Color Run par exemple).
Il nous tenait vraiment à cœur de participer à ce festival avec les locaux, et nous ne serons pas déçus.
Durant toute une journée, nous croisons de nombreuses personnes complètement aspergées de couleurs, en nous criant « Happy Holi ! » puis en nous  aspergeant à notre tour de couleur. Heureusement, nous avions prévue des munitions et nous pûmes nous venger pour leur plus grand plaisir…

DCIM101GOPRO

C’est ainsi que se conclut notre expérience en Inde, un pays plein de paradoxes qui peu enivrer en même temps qu’il peut rebuter. Ce qui est sûr, c’est que c’est un pays qui a énormément à offrir et, quelque soit les réticences que l’on a à aller explorer l’Incredible India, il faut aller l’expérimenter et la vivre, car ce qu’on y découvre, et ce qu’on y apprend n’est marqué dans aucun article.

Sri Lanka, maintenant, nous arrivons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *